décembre 2005

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

RadioBongoo

Favoritisme

« Watteau et la fête galante | Accueil | Snobisme »

2004.05.09

"L'hétérosexualité, c'est mieux." *

"Dis, tu viens toi ce soir?" Jusqu'au dernier moment, j'ai hésité à entrer. Et puis bon, mon cynisme et ma paresse envers tout ce qui est un tant soit peu revendicatif ont cédé aux gentilles et souriantes invitations de E. puis de A. et peut-être au souvenir d'un certain Sébastien Nouchet. En fait, j'avais surtout peur de ne connaître personne à cette conférence "Homophobies" organisée par l'association Homonormalité de Normale Sup'.(Ha oui, comme je me suis jamais présenté, je vous ai jamais dit que j'étais un sciences-po-normalien... Mais vous pouvez quand même continuer à me tutoyer!)
Il y avait vraiment beaucoup de monde dans la salle Dussane, j'ai même réussi à me trouver un petit groupe d'amis, le tout sous une atmosphère orageuse et surchauffée (Rrrroohh!! oui, gentil voisin, mets toi à l'aise, enlève donc ton pull... Mais non ça me dérange pas de te passer ma bouteille d'eau, moi aussi je suis fan des bellâtres bien virils qui boivent à la bouteille comme dans les pubs Coca... oups, je digresse...) Ca faisait bizarre de voir l'émotion dans les yeux des organisateurs (en fait, ils ont dit arriver d'une conférence à Jussieu où ils étaient plus nombreux sur l'estrade que dans la salle...).

Evidemment, au bout de deux minutes, je me suis aperçu que je connaissais (mais, non! pas bibliquement, bande d'obsédéEs!) le premier conférencier, rencontré dans la queue d'une expo à la Cité de la Musique (on ne rit pas!). J’ai donc pu faire mon intéressant et raconter ma vie à mes potes sur le mode "I'm sooooooooo popular", que du bonheur...

L.-G. Tin nous a décrit de manière brillante, problématisée, et pleine d'humour la "normalisation de l'hétérosexualité", et les tentatives historiques "d'hétérosexualisation de la jeunesse": face à ce qui est perçu comme une "pathologie" débilitante, la recherche désespérée d'un "remède" voit s'enchaîner toutes une série de "solutions" miracles qui ne font que provoquer de nouveaux "problèmes" inattendus.
Il est ainsi assez piquant de voir qu'aux XVIII-XIXe siècles l'obsession de lutte contre la masturbation (danger du narcissisme auto-érotique anti-hétérosexuel) sort du confessionnal pour gagner les médecins, et est confiée au cercle familial, largement sensibilisé par des campagnes publiques. Mais comme maman n'a pas que ça à faire de mettre des grelots au zizi du petit dernier, on ne fait finalement pas vraiment confiance aux parents pour surveiller efficacement toute cette jeunesse débordante d'énergie, et on a l'idée géniale de transférer aux pensionnats le contrôle de la santé physique et morale des ados. Mais là, nouveau problème, le développement des "amitiés particulières" propres aux internats (que celui qui n'a jamais comparé, sous les douches...). Nouvelle riposte des pédagogues: la mixité, bien sûr! Oui... mais à trop fréquenter le sexe opposé, rebelote, certains se mettent à abandonner leurs GI Joe pour jouer à la poupée... Et L.-G de souligner pour conclure que l'école abrite encore aujourd'hui derrière son apparente neutralité une socialisation rigoureusement hétérosexiste et s'en tient souvent à son rôle historique d'hétérosexualisation de la jeunesse: au Royaume-Uni, la "clause 28" (interdisant grosso modo toute promotion de l’homosexualité à l’école) n'a-t-elle pas été abrogée qu'en 2003?

J'ai ensuite écouté avec grand intérêt Florence Tamagne (historienne et très jolie jeune femme, sûre d'elle mais sans aucune arrogance, c'est quand même agréable la confiance en soi fondée sur la compétence...) qui nous a dressé un panorama assez ahurissant des préjugés homophobes dans l'histoire. Comme c'était long et bien fait, je ne peux pas vous résumer tout, mais elle a montré de manière très convaincante comment l'homosexuel était érigée en figure de l'altérité (aristo efféminé pour le populo, fruit de la dégradation populaire pour la morale bourgeoise, traître pro-bosch pour la France de la Première guerre Mondiale, communiste invisible sous le Maccarthysme etc.), et insisté sur la place particulière réservée au lesbianisme dans ces clichés.

Le dernier intervenant, Daniel Borillo, égocentrique, excessif et vitupérant, a décidé au dernier moment de changer le sujet de son intervention. Nous avons eu droit pendant 20 longues minutes au détail d'une polémique dont il n’a évidemment pas pris la peine de situer le contexte, puisque tout le monde est naturellement au courant de la controverse majeure née entre lui-même et une obscure journaliste du Monde, à la suite d'un de Ses articles dans Libé, puis il s'est attardé sur Son apparition sur France 5 (émission "c'est dans l'air"), sur Son passage sur France Culture etc. etc.

Finalement agréable et instructive, la soirée s'est terminé par une présentation de la plate-forme/manifeste pour l'égalité des droits, dont je partage certaines revendications, mais dont je ne pense pas que du bien. Je suis entièrement d'accord avec l'analyse critique qu'en a fait ici et cet avocat-blogueur (via embruns, comme on dit...). Je suis allé saluer le mon conférencier, qui m'a heureusement tout de suite reconnu. On est sorti. Mon voisin a remis son pull, m'a rendu mon eau minérale, et c'est éloigné lentement. Il avait quand même de jolies fossettes quand il souriait, ce type.

*Edith Cresson. (Le 4 juillet 1991, dans un entretien accordé à la chaîne américaine ABC Edith Cresson affirme être hétérosexuelle : « Je pense que c'est mieux. L'homosexualité, c'est différent et marginal. Cela existe plus dans la tradition anglo-saxonne que dans la tradition latine... Tout le monde le sait. C'est dans les livres d'Histoire et c'est un fait de civilisation. Les Anglo-Saxons ne sont pas intéressés par les femmes ».)

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/t/trackback/715029

Voici les sites qui parlent de "L'hétérosexualité, c'est mieux." *:

Commentaires

Oh là là, je ne pourrais plus jamais te tutoyer !!! :)))

J'aurais bien aimé assisté à ce machin en tout cas !!!

on m'a dit que l'assistance était très jolie à regarder. J'étais invité par l'un des organisateurs, un sublime petit hétéro, qui a usé de son charme pour faire venir au moins la moitié de la salle je suis sûr. Mais on ne me la fait pas. alors je ne suis pas venu. j'aurais dû, apparemment.

L'utilisation des commentaires est désactivé pour cette note.